Affluenza

Qu’est-ce que l’affluence ?

La « richesse » est une condition sociale qui découle du désir d’être plus riche ou de réussir. Elle peut également être définie comme l’incapacité d’un individu à comprendre les conséquences de ses actes en raison de son statut social et/ou de ses privilèges financiers.

Points clés à retenir

  • L’affluence est une condition sociale qui se présente chez les personnes occupant des postes de haut niveau ou privilégiés qui pensent qu’elles ne seront pas tenues responsables de leurs actes en raison de leur position sociale.
  • Les personnes qui souffrent d’affluence ne reconnaissent pas les répercussions sociétales de leurs actions, qui peuvent causer un préjudice mental ou physique ou de l’angoisse sur les autres.
  • L’affluence fait également référence à la poursuite résolue de l’accumulation de la richesse et du succès, qui peut endommager les relations et provoquer la dépression et/ou l’anxiété.
  • Les chercheurs en sciences sociales attribuent l’apparition de la richesse à la culture contemporaine qui fétichise la richesse, mais proposent des stratégies pour éviter cette condition sociale.

0:54

Comprendre la richesse

Le mot « affluence » est une combinaison des mots « affluence » et « grippe ». Il est le symptôme d’une culture aux fortes valeurs matérialistes, où l’accumulation de richesses est considérée comme l’une des plus grandes réussites. Les personnes dont on dit qu’elles sont touchées par cette condition trouvent généralement que la réussite économique qu’elles ont poursuivie de manière unilatérale leur donne le sentiment d’être insatisfaites une fois qu’elles ont réussi. Ils vivent dans un état constant d’insatisfaction parce qu’ils veulent toujours plus que ce qu’ils ont déjà.

Les partisans de la théorie de l’affluence affirment que les personnes atteintes de cette condition agissent en supposant que l’argent leur achètera du bonheur. Cependant, ils constatent souvent que la recherche de la richesse les prive de leur épanouissement et leur donne un sentiment d’insatisfaction perpétuelle. Ils ont souvent du mal à fonctionner dans une société normale et à distinguer le bien du mal car le monde de privilèges dans lequel ils vivent les isole du reste du monde et les empêche de développer de l’empathie pour les personnes d’origine modeste.

vous pouvez intéressé:  L'histoire de Todd Chrisley : Valeur nette, faillite et citations

Dans une société où l’inégalité des revenus s’accroît, les personnes qui jouissent de privilèges financiers sont plus susceptibles de s’isoler de la population en général. Ce phénomène favorise un sentiment de droit qui peut se perpétuer : les riches ont le sentiment d’avoir gagné leur place dans une classe sociale dotée d’un intellect et d’un talent supérieurs, et par conséquent, les règles de la société qui s’appliquent aux autres ne s’appliquent pas à eux.

Les symptômes de l’opulence comprennent une vision myope du travail et de l’argent, des relations personnelles tendues, la dépression, une image de soi directement liée à la situation financière et des difficultés à interagir ou à avoir des relations avec les autres.

Affluence et médias

L’affluence en tant que condition sociale a fait l’objet de livres et d’émissions de télévision et a été utilisée comme moyen de défense dans les procès pénaux.

En décembre 2013, un adolescent du Texas qui avait heurté et tué quatre piétons alors qu’il conduisait en état d’ébriété a été condamné à dix ans de probation et à aucune peine de prison après que son avocat eut fait valoir avec succès que son éducation privilégiée l’empêchait de comprendre les conséquences de ses actes.

En juin 2016, un nageur de l’université de Stanford reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement une étudiante sur le campus a été condamné à six mois de prison. Tout en lisant la sentence et en justifiant sa clémence, le juge dans cette affaire a déclaré qu’une peine de prison « aurait un impact sévère sur » l’accusé. Les critiques affirment qu’il s’agissait d’une allusion à la richesse de l’étudiante et à son éducation protégée, deux facteurs qui ont pu influencer sa peine.

La prospérité en Amérique

L’affluence est la plus importante dans les pays économiquement viables comme les États-Unis. Cependant, des recherches récentes ont montré qu’il est beaucoup plus facile d’atteindre le niveau supérieur des revenus si les générations précédentes de votre famille étaient au sommet si vos parents étaient également au sommet des revenus. La classe socio-économique dans laquelle les Américains sont nés est en forte corrélation avec le statut social qu’ils atteignent ; cela perpétue la situation sociale dans laquelle se développe la condition d’aisance.

vous pouvez intéressé:  Définition de l'article 1031

En 2019, deux chercheurs de Stanford ont publié une étude qui analysait l' »élasticité intergénérationnelle » (IGE) des familles américaines – en d’autres termes, la mesure dans laquelle le revenu des parents affectait les revenus des enfants à l’âge adulte. Dans l’ensemble, ils ont trouvé une IGE moyenne d’environ 0,5, ce qui signifie que le revenu des parents représente environ la moitié du salaire éventuel d’un enfant (l’IGE était légèrement plus élevée pour les hommes que pour les femmes – 0,52 contre 0,47).[citer]

Toutefois, lorsqu’ils ont examiné les personnes se situant à l’extrémité supérieure de l’échelle des revenus, la corrélation était plutôt de l’ordre de deux tiers. Vous avez donc beaucoup plus de chances de devenir riche si vous êtes né de cette façon (pour en savoir plus, voir la section « La mobilité économique en déclin

« ).

Ce n’est pas la seule recherche à montrer un manque de mobilité sociale chez les riches. Richard V. Reeves, chercheur à la Brookings Institution, a noté que 30% des enfants nés dans le quintile supérieur des familles à revenus sont susceptibles d’y rester. Un autre 26% se retrouvent dans le deuxième quintile supérieur à l’âge adulte.

Cependant, les chances de faire partie des deux premiers quintiles sont nettement plus faibles si vous êtes né sans ressources. Les enfants blancs qui commencent au bas de l’échelle, rapporte M. Reeves, ont une chance sur quatre de faire partie des 40 % supérieurs à l’âge adulte. Pour les enfants noirs, le chiffre est encore plus sombre : 51 % de ceux qui grandissent dans le dernier échelon y restent à l’âge adulte.

Figure 1.

Le graphique suivant indique les chances qu’une personne née dans un quintile particulier (20 %) de revenus se retrouve dans chaque quintile à l’âge de 40 ans.

Chart depicting which wealth quintile an individual will end up in given which they were born into

Source : L’institution Brookings

Il convient toutefois de noter que tous les segments de la société ne sont pas également influencés par la génération qui les a précédés. Par exemple, l’équipe de Stanford a constaté que les femmes avaient une corrélation plus faible que les hommes entre leur revenu et celui de leurs parents. Une possibilité : les femmes travaillent tout simplement moins lorsque leur mari gagne un salaire assez important.

L’endroit où vous vivez semble également avoir une incidence sur la mobilité sociale. Une étude a révélé que les résidents de certaines villes, comme Salt Lake City et San José, avaient un niveau de mobilité ascendante relativement élevé. Dans d’autres endroits, comme Milwaukee et Atlanta, les chances de gravir les échelons sont minuscules.

La transmission de l’avantage

Il y a plusieurs explications possibles à ce que les chercheurs en sciences sociales appellent « la transmission intergénérationnelle de l’avantage ». L’une des plus fondamentales est l’influence vitale de l’éducation sur les futurs salaires. Les parents les plus riches sont plus susceptibles d’obtenir un diplôme universitaire, ce qui permet à leurs enfants de servir de modèles pour l’université. Ils ont également les moyens de placer leurs enfants dans de meilleures écoles.

Une étude de Johns Hopkins a suivi environ 800 étudiants vivant à Baltimore depuis la première année jusqu’à la fin de la vingtaine. Seuls 4 % des étudiants à faibles revenus ont poursuivi des études universitaires, contre 45 % des enfants issus de familles plus aisées. Les étudiants armés d’un diplôme universitaire sont bien mieux placés pour trouver un emploi bien rémunéré.

Les chercheurs ont également trouvé des raisons moins évidentes pour le passage de la richesse d’une génération à l’autre. Par exemple, Reeves note que des études montrent que les parents prospères ont tendance à passer plus de temps avec leurs enfants, ce qui peut leur transmettre davantage de compétences et de traits de caractère qui mènent à la réussite à long terme.

Cette attention supplémentaire est particulièrement importante dans les premières années. Les enfants des familles les plus pauvres entendent moins de mots que ceux des familles aisées et instruites – 30 millions de plus à l’âge de 4 ans, selon une estimation, rapporte Reeves. Au moment où ces enfants défavorisés entrent à l’école, ils sont déjà à la traîne en termes de vocabulaire.

Éviter la prospérité

Il n’y a pas de diagnostic officiel de l’affluence, ce qui signifie qu’il ne s’agit pas vraiment d’un trouble en soi, mais qu’il fait plutôt référence à un ensemble de circonstances et de facteurs environnementaux qui contribuent à un comportement inadapté. Cependant, les parents peuvent aider à prévenir son développement chez leur progéniture.

À l’ère de l’hélicoptère, les enfants sont tenus dans l’ignorance en matière d’argent et de finances, mais plus vite vous commencez à leur enseigner ces choses, plus ils deviendront financièrement responsables. Une grande partie de ce que les enfants apprendront est en vous regardant, et donc si vous leur parlez de votre dur labeur, leur montrez comment vous économisez de l’argent à la banque et ne vous livrez pas à des achats impulsifs, vos enfants ne le feront pas non plus.

Apprenez-leur à manipuler l’argent

Si vos enfants ne comprennent pas la valeur de l’argent et ne savent pas comment le gérer, il y a de fortes chances qu’ils ne s’y accrochent pas trop longtemps. Un moyen efficace d’apprendre aux enfants à gérer l’argent consiste à leur ouvrir un compte bancaire sur lequel ils peuvent épargner l’argent qu’ils gagnent ou qui leur est donné. Donnez un chèque pour leur anniversaire ou un jour férié, et ils pourront le déposer sur leur compte d’épargne. Lorsque vos enfants seront plus âgés, ils pourront contrôler le compte. Il arrive souvent que l’enfant commence à apprécier l’argent qu’il a épargné et réfléchisse à deux fois avant de le dépenser pour quelque chose de frivole.

Fixer des limites

Les enfants sont prêts à tester les limites pour voir ce qu’ils peuvent faire, mais si vous fixez des limites, cela créera des adultes financièrement responsables. Si vous cédez à tous les caprices de votre enfant, il peut s’installer pour une vie de gratification et d’endettement instantanés. Et ce ne sont pas les valeurs que vous voudrez que vos enfants aient lorsqu’ils recevront leur héritage ou que l’entreprise familiale sera transmise. Prenez l’exemple des cadeaux : si votre enfant en reçoit un en argent, demandez-lui d’en économiser les trois quarts et d’en dépenser un quart. S’il avait envie d’acheter quelque chose avec cet argent, cela lui apprendra à attendre et à économiser au lieu d’être satisfait instantanément.

Ne les aidez pas à sortir de situations délicates

Manipuler correctement l’argent prend du temps, et les enfants feront beaucoup d’erreurs en cours de route. Mais si vos enfants font des erreurs, vous ne devez pas les payer. Disons que Junior gaspille son argent de poche pour la semaine mais qu’il veut vraiment la dernière application iPhone. Si vous cédez et l’achetez pour lui, vous lui rendez un grand service. Les enfants doivent apprendre que tout coûte de l’argent et que leurs choix de dépenses ont des conséquences.

Créer un acheteur intelligent

Dans ce monde où la publicité est omniprésente, les enfants doivent apprendre très tôt à faire des achats intelligents. Il est facile de se faire embobiner en payant trop cher pour quelque chose ou en achetant une garantie sans valeur. C’est aux parents d’apprendre à leurs enfants à comparer les prix et à faire les meilleures affaires. En effectuant des recherches sur tout article à gros prix avant de l’acheter, les enfants apprendront non seulement à prendre des décisions judicieuses, mais aussi à éviter les décisions hâtives.

Encouragez vos enfants à travailler

Pendant les années de lycée, l’éducation sera le principal objectif de vos enfants, mais cela ne signifie pas qu’ils ne doivent pas gagner de l’argent en cours de route. Ce n’est pas une bonne idée de faire travailler votre enfant tous les jours après l’école, mais quelques gardes à l’épicerie du coin le week-end peuvent contribuer grandement à lui inculquer une solide éthique du travail. Le fait même de faire des corvées à la maison ou dans le quartier peut être un moyen d’apprendre à vos enfants l’importance du travail.

Retour haut de page