La relation entre les taux d’intérêt et le prix des obligations

Les obligations ont une relation inverse aux taux d’intérêt. Lorsque le coût de l’emprunt augmente, le prix des obligations baisse généralement, et vice-versa.

À première vue, la corrélation négative entre les taux d’intérêt et les prix des obligations semble quelque peu illogique. Cependant, en y regardant de plus près, elle commence à prendre tout son sens.

Points clés à retenir

  • La plupart des obligations sont assorties d’un taux d’intérêt fixe qui devient plus intéressant si les taux d’intérêt baissent, ce qui fait augmenter la demande et le prix de l’obligation.
  • À l’inverse, si les taux d’intérêt augmentent, les investisseurs ne préféreront plus le taux d’intérêt fixe inférieur payé par une obligation, ce qui entraînera une baisse de son prix.
  • Les obligations à coupon zéro fournissent un exemple clair du fonctionnement de ce mécanisme dans la pratique.

Prix des obligations par rapport au rendement

Les investisseurs en obligations, comme tous les autres investisseurs, essaient généralement d’obtenir le meilleur rendement possible. Pour atteindre cet objectif, ils doivent généralement surveiller les fluctuations des coûts d’emprunt.

Un moyen facile de comprendre pourquoi les prix des obligations évoluent dans le sens contraire des taux d’intérêt est de considérer les obligations à coupon zéro, qui ne paient pas d’intérêts réguliers et tirent au contraire toute leur valeur de la différence entre le prix d’achat et la valeur nominale payée à l’échéance.

Les obligations à coupon zéro sont émises avec une décote par rapport à la valeur nominale, leur rendement étant fonction du prix d’achat, de la valeur nominale et du temps restant jusqu’à l’échéance. Toutefois, les obligations à coupon zéro fixent également le rendement de l’obligation, ce qui peut être intéressant pour certains investisseurs.

Exemples d’obligations à coupon zéro

Si une obligation à coupon zéro se négocie à 950 $ et a une valeur nominale de 1 000 $ (payée à l’échéance dans un an), le taux de rendement de l’obligation est actuellement de 5,26 % : 1,000 – 950 ÷ 950 x 100 = 5.26. En d’autres termes, pour qu’une personne paie 950 $ pour cette obligation, elle doit être satisfaite de recevoir un rendement de 5,26 %.

Cette satisfaction dépend bien sûr de ce qui se passe sur le marché des obligations. Si les taux d’intérêt actuels devaient augmenter, alors que les obligations nouvellement émises offrent un rendement de 10 %, l’obligation à coupon zéro de 5,26 % serait beaucoup moins intéressante. Qui veut un rendement de 5,26 % alors qu’il peut obtenir 10 % ?

vous pouvez intéressé:  États sans taxe sur les ventes

Pour attirer la demande, le prix de l’obligation à coupon zéro préexistante devrait diminuer suffisamment pour correspondre au même rendement que celui des taux d’intérêt en vigueur. Dans ce cas, le prix de l’obligation passerait de 950 dollars (ce qui donne un rendement de 5,26 %) à environ 909,09 dollars (ce qui donne un rendement de 10 %).

Maintenant que nous avons une idée de l’évolution du prix d’une obligation par rapport aux variations des taux d’intérêt, il est facile de comprendre pourquoi le prix d’une obligation augmenterait si les taux d’intérêt en vigueur devaient baisser. Si les taux chutaient à 3 %, notre obligation à coupon zéro, avec son rendement de 5,26 %, serait soudainement très attrayante. Un plus grand nombre de personnes achèteraient l’obligation, ce qui ferait monter le prix jusqu’à ce que le rendement de l’obligation corresponde au taux en vigueur de 3 %. Dans ce cas, le prix de l’obligation augmenterait jusqu’à environ 970,87 dollars.

Compte tenu de cette augmentation de prix, vous pouvez comprendre pourquoi les détenteurs d’obligations, les investisseurs qui vendent leurs obligations, bénéficient d’une baisse des taux d’intérêt en vigueur. Ces exemples montrent également comment le taux d’intérêt nominal d’une obligation et, par conséquent, son prix sur le marché sont directement affectés par les taux d’intérêt nationaux. Pour avoir une chance d’attirer les investisseurs, les obligations nouvellement émises ont tendance à avoir des taux de coupon qui correspondent ou dépassent le taux d’intérêt national actuel.

Le prix des obligations et la Fed

Lorsque les gens parlent du « taux d’intérêt national » ou de la « Fed », ils font le plus souvent référence au taux des fonds fédéraux fixé par le Comité fédéral de l’open market (FOMC). Il s’agit du taux d’intérêt appliqué au transfert interbancaire de fonds détenus par la Réserve fédérale (Fed). Il est largement utilisé comme référence pour les taux d’intérêt sur toutes sortes d’investissements et de titres de créance. 

Les initiatives politiques de la Fed ont un effet énorme sur le prix des obligations. Par exemple, lorsque la Fed a augmenté les taux d’intérêt en mars 2017 d’un quart de point de pourcentage, le marché obligataire a chuté. Le rendement des obligations du Trésor à 30 ans (T-bonds) est passé de 3,14 % à 3,02 %, le rendement des bons du Trésor à 10 ans (T-notes) est passé de 2,53 % à 2,4 %, et le rendement des T-notes à deux ans est passé de 1,35 % à 1,27 %.  

vous pouvez intéressé:  Un guide rapide du taux d'actualisation ajusté au risque

La Fed a augmenté les taux d’intérêt à quatre reprises en 2018. Après la dernière hausse de l’année annoncée le 20 décembre 2018, le rendement des billets de trésorerie à 10 ans est passé de 2,79 % à 2,69 %.  

La pandémie actuelle de COVID-19 a vu les investisseurs fuir vers la sécurité relative des obligations d’État, en particulier les bons du Trésor américain, ce qui a fait chuter les rendements à des niveaux historiquement bas. Au 24 mai 2020, le billet de 10 ans rapportait 0,64 % et l’obligation de 30 ans 1,27 %.

La sensibilité du prix d’une obligation aux variations des taux d’intérêt est connue sous le nom de durée.

Obligation à coupon zéro

Les obligations à coupon zéro ont tendance à être plus volatiles, car elles ne versent aucun intérêt périodique pendant leur durée de vie. À l’échéance, le détenteur d’une obligation zéro-coupon reçoit la valeur nominale de l’obligation. Ainsi, la valeur de ces titres de créance augmente à mesure qu’ils s’approchent de leur échéance.

Les obligations à coupon zéro ont également des implications fiscales uniques, que les investisseurs doivent comprendre avant d’y investir. Même si aucun paiement d’intérêt périodique n’est effectué sur une obligation à coupon zéro, le rendement annuel accumulé est considéré comme un revenu, qui est imposé comme un intérêt. L’obligation est supposée prendre de la valeur à l’approche de l’échéance, et cette plus-value n’est pas considérée comme un gain en capital, qui serait imposé au taux des plus-values, mais plutôt comme un revenu.

En d’autres termes, des impôts doivent être payés annuellement sur ces obligations, même si l’investisseur ne reçoit pas d’argent avant la date d’échéance de l’obligation. Cela peut être lourd pour certains investisseurs. Il existe cependant des moyens de limiter ces conséquences fiscales.

Retour haut de page